Phuket-Ko Lanta: Bla Bla
Home
Up
BKK-Le poids des mots
BKK-Le choc des photos
Bangkok-Phuket: Lire
Bangkok-Phuket: Voir
Phuket-Ko Lanta: Bla Bla
Phuket-Ko Lanta: Clic Clac
BKK-Retrouvailles
BKK-Noël en Images
Le Nord : To Read
Le Nord : To Look

22 / 11 / 2002 - 04 / 12 / 2002

D’îles en îles, de Phuket à Ko Lanta

(extraits du Journal de bord)

 

Phuket

Curieux de nous y rendre, sans pour autant être attirés par cette île qui va nous changer de notre petit Khao Lak peu touristique. On a pour but d’y retrouver Dav (le frère de Tam). Il travaille parait-il à Patong. On a l’adresse du bar, mais ça n’a pas été facile de trouver. Tellement de bars, agglutinés, plus glauques les uns que les autres, un manque total d’originalité. Pas besoin d’originalité quand on sait à quoi ils servent… La plage, malgré ce qu’en dit le guide est très agréable, peut-être parce qu’elle est vide et que c’est la fin de l’après-midi. Jet-ski, banane, parasailing, enfin toute la panoplie du joyeux touriste. Ca joue au foot sur la plage… pas pour moi ! (sniff) Le soir, la ville change, des filles partout, habillées sexy, des trav’, des lumières flash, du bruit, on vous interpelle : “massaaage?, ping pong show, live show …” , on essaie de nous ramener dans ces petites ruelles qu’on appelle “soy”. Soy Eric, soy Sea dragon, soy Easy... On y est ! Retrouvailles insolites dans un endroit insolite.

 

Ko Pee Pee

L’île du film “la plage”, l’île aux couleurs superbes qui s’affiche sur toutes les cartes postales depuis Bangkok… mais aussi l’île qui souffre. Trop de touristes, trop vite, enfin c’est ce que disent le Lonely et le Routard. On verra bien. La traversée est superbe. Ambiance très “routarde”, la vraie, pas celle de Khao San Road. Des sacs à dos partout, amoncelés sur le bateau. Que des jeunes ou presque. On s’installe tout à l’avant avec un danois et un norvégien rencontrés dans le bus. Des stewards en escale de 3 jours. A peine montés sur le bateau, ils foncent acheter des bières (il est 8h30 du mat’ et le soleil cogne, ça promet !). On fait aussi la connaissance d’Alain, chauffeur de taxi à Nice, 54 ans, qui voyage avec son frère et qui est un fan des îles thaïlandaises. Sous son nez de buveur de pastis se cache un type chouette. Nous papotons pendant 1 heure avec lui.

Arrivée au port de Ko Pee Pee Don. Il fait très chaud, agression du soleil à laquelle s’ajoute celle des rabatteurs pour les hôtels… pénible. Nous décidons de suivre les conseils du Routard et prenons un long-tail boat pour Maprao Beach. On découvre une très jolie petite baie, avec des bungalows complètement dissimulés dans la végétation. ça nous plait, mais déception : entre les prix indiqués par le Routard et ceux de l’hôtel, il y a un facteur x3 ! Fatigués par la chaleur, nous acceptons quand même une chambre à 850 Baths, soit 2 fois plus que la chambre la plus chère que nous ayons eue jusqu’à présent… Bon, certes, ça ne fait “que” 30 francs suisses.

Le soir, on “rabat” à notre tour 2 couples pour partager les frais d’une journée en long-tail. Départ à 9h avec Jérôme et Caroline, 2 parisiens, et Nico et Petra, 2 allemands. On commence par Ko Pee Pee Ley, une île vraiment incroyable, un gros caillou sauvage, avec des criques émeraudes et du sable blanc immaculé. Aucune construction, mais que de bateaux ! On fait un peu de snorkeling, au bout de 5 min, on se regarde : “bof c’est pas extraordinaire”. On remet la tête sous l’eau, blasés, et… un requin léopard passe nonchalamment à 3 mètres de nous ! La ballade continue, on s’arrête pour manger à Bamboo Island, dans une gargotte. Nous sommes les seuls touristes. Au menu, poisson grillé, riz blanc et ananas frais. Simple mais un délice. Une belle journée. Après la sieste, on décide de partir pour Ko Lanta dès le lendemain matin. Plus rien d’intéressant à faire ici. Et décidément, le bruit des long tail boats gâche cette île jadis paradisiaque.

 

Ko Lanta

Un dernier muesli chez nos ôtes belges de Ko Pee Pee et nous regagnons le petit port. Il est 11h, le bateau pour Lanta part à 11h30. Une demi-heure d’attente au soleil, pas de vent, c’est l’enfer ! Que dis-je 1h d’attente. Le bateau prend du retard, on grille littéralement. Avant de péter un plomb, comme cela m’arrive quelques fois, je décide de piquer une tête dans le port. Peu importent les moteurs diesels aux alentours. Les gosses qui se jettent pour les pièces des touristes me regardent inquiets, surpris… C’est le bonheur total, il faisait au moins 40 degrés en plein soleil. Une rencontre sympathique sur le même bateau, ma voisine des Eaux-Vives et son copain. Petit, vous avez dit petit ! Ils sont là pour 2 semaines, beaucoup sont là pour 2 semaines, vous imaginez leur tête quand on leur dit que nous en avons pour une année…

On vous le dit d’entrée, nous avons été enchantés par Ko Lanta, un vrai paradis que cette île comparée a Pee Pee et Phuket. OK, beaucoup de rochers sur les plages, mais si l’on est un peu curieux, qu’on loue une petite mob’ et qu’on n’a pas peur des nids de poule ni de manger de la poussière rouge, cette île cache des petits coins de paradis encore vierges ou presque. Des superbes plages sur lesquelles on peut se retrouver seuls, une petite ballade le long d’une rivière pour atteindre une chute d’eau. Tout au sud, les gypsies et la petite école qui nous a accueillis. Les profs étaient en pause depuis xx minutes et les gosses s’amusaient dans les classes. Ils avaient l’air contents de voir des “farangs” et nous ont sorti quelques mots en anglais. Autre exemple, la grotte, les grottes… Impressionnantes, profondes, avec des araignées qualifiées de “moyennes” par notre jeune guide, la taille de ma main ! Il fait nuit noire, on traverse des ponts étroits faits de poutres en bois, attention sol glissant, de la gadoue partout. J’ai même du, contre mon gré, mettre la main aux fesses d’une petite australienne pour la sortir d’un trou glissant, quelle histoire . On finit la ballade en rampant dans un couloir étroit. C’était top !

Deux journées se sont écoulées, la 3ème sera plus tranquille, plage, manger, re-plage, petites crêpes (encore !?) et puis le soir on se tape un bon steak, le premier depuis le départ. Dodo.

Bus 3ème classe pour Pakbara

 

On a mal choisi notre heure, 15h30, vendredi soir, les gosses rentrent dans leurs villages. Un bus bondé, 3 à 4 par banc, le reste debout, on étouffe. Des arrêts tous les 20 mètres, on n’en peut plus, mais on a de la chance, on est assis. Ce bus a une installation sono incroyable, amplis, HP JBL dans tous les coins, des basses dignes d’une boite de nuit. Et c’est parti, après le karaoké des groupes de rock thaï, c’est la techno-party dans le bus, manquerait plus qu’ils dansent tous ces écoliers en uniforme! Ambiance décalée, mais on en gardera sûrement un souvenir inoubliable.

Home | Up | BKK-Le poids des mots | BKK-Le choc des photos | Bangkok-Phuket: Lire | Bangkok-Phuket: Voir | Phuket-Ko Lanta: Bla Bla | Phuket-Ko Lanta: Clic Clac | BKK-Retrouvailles | BKK-Noël en Images | Le Nord : To Read | Le Nord : To Look